Carte géographique des Parrains

********************

Aude – Voyage au Vietnam – Janvier 2019

Aude - Voyage au Vietnam - Janvier 2019

Mardi 1er janvier 2019 – Je suis au Vietnam depuis 4 jours avec Isabelle pour l’association Pousse-Pousse. Nous sommes parties avec plus de 170 kilos de valises pour deux femmes et une ado ce fut très chaud. Nous sommes allées au marché d’Hô Chi Min pour acheter des cadeaux pour les parrains et marraines qui ont donné de l’argent. On retrouve les mêmes jouets qu’en France à des prix imbattables ayant vécu le transport des valises je conseille à tout le monde de donner de l’argent. Les rues de Hô Chi Min sont très animées le soir cependant on retrouve des enfants de 5 à 13 ans cracheurs de feu pour gagner de l’argent. Je sais encore plus pourquoi je parraine aujourd’hui un enfant qui vit dans une cabane en paille à même la terre et qui pourrait se retrouver dans la même situation. Avant de voir les enfants nous avons trié les cadeaux ainsi que les lettres. Il est vraiment dommage que certains enfants se retrouvent sans rien pour moi le sens du parrainage c’est un échange de courriers avec un enfant et un petit cadeau pour adoucir leur vie. Aussi pour essayer de pallier ce manque j’ai écrit des courriers et Pousse-Pousse a généreusement offert des cadeaux. Nous avons rencontré 138 enfants et distribué les lettres et les cadeaux ainsi qu’une brosse à dent et du dentifrice. Demain, nous continuons à voir les enfants et les maisons Pousse-Pousse.

Vendredi 4 janvier 2019 – Cela fait maintenant une semaine que je suis au Vietnam. Je suis allée à l’inauguration des maisons construites par Pousse-Pousse. La télévision vietnamienne était présente. Ensuite il y a eu aussi l’inauguration de l’arrivée d’eau c’est très protocolaire. L’après-midi, les enfants ont continué à venir chercher leur courrier et cadeaux. Le matin suivant, nous nous sommes déplacés pour voir la cantine solidaire que l’association des P’tites Pousses soutient. Nous avons aidé les mamans bénévoles à préparer les plateaux repas. Ce fut un très bon moment qui m a rappelé les souvenirs de partage avec les mamans et papas des P’tites Pousses. Aujourd’hui l’objectif n’est plus le même, mais il existe, et c’est vraiment important de soutenir nos jeunes dans ce beau projet. Ce matin, à la cantine, nous avons rencontré deux petites filles qui sont cousines et qui demande un parrainage. Elles sont élevées par leur grand mère. La vie des enfants de Tan Thoï que je croise est pauvreté, abandon et souffrance. C’est difficilement pensable pour nous si nous nous confrontons pas à cette réalité en venant au Vietnam. Demain les enfants viennent chercher l’argent du parrainage du premier trimestre.

Lundi 7 janvier 2019 – J’ai visité avec Isabelle plus de 30 familles des enfants qui demandent un parrainage et des enfants déjà parrainés. Ce fut une journée très éprouvante. Je me suis retrouvée devant la réalité de leur détresse et de leur pauvreté. Chaque enfant a son histoire et ils ont tous un besoin d’attention et d’encouragement. Un papa qui est en phase terminale nous a exprimé sa reconnaissance car il était rassuré que son fils serait soutenu par sa marraine lorsqu’il sera parti je n’ai pas pu me retenir mes larmes. Une autre famille qui a une maison en bois et le sol en terre battue ont un espace carrelé avec un bureau pour que leurs enfants puissent étudier dans de bonnes conditions. Il y aurait tellement d’autres histoires. J’ai aussi profité de ma filleule. Je lui ai offert des vêtements et déjeuné avec elle. Je peux vous assurer que son bol était vide. Ce fut vraiment touchant. Aujourd’hui nous avons été invité par des amis de Isabelle à My Tho. J’ai ainsi pu découvrir la pagode avec des statuts immenses. Vous pourrez voir sur les photos les toilettes d’une maison et sur l’autre le travail que font les femmes pour gagner une misère (2€ par jour). Il s’agit des salons tressés en plastique que l’on retrouve l’été dans les jardineries. Jamais je n’aurais pu penser que ça pouvait passer entre leur mains.

Jeudi 10 janvier 2019 – Hier j’ai visité une église avec Isabelle, Thoaï et Capucine et ensuite nous sommes allés voir la mer de Chine. Nous avons ensuite continué à visiter les enfants qui demandent un parrainage et des enfants parrainés. Je suis à chaque fois bouleversée par leur pauvreté et leur détresse. Et pourtant les familles sont très généreuses et nous offrent des fruits, un canard, des crevettes, des bonbons coco spécialités qu’ils fabriquent pour le nouvel an. Ils n’ont rien et pourtant ils donnent. C’est aussi ce que fait l’association en donnant beaucoup aux enfants. Isabelle a vu chaque enfant, à discuté avec eux sur leur scolarité ou leur santé et pour ceux qui choisissent d’arrêter Isabelle prend du temps supplémentaire pour voir si le choix est en raison de problèmes financiers et dit que Pousse-Pousse peut trouver une solution. Et tant que marraine, je trouve ça extraordinaire car nos filleuls ne sont pas des numéros sur une liste. Au delà de ça, j’aimerais aussi dire que le travail administratif qui se cache derrière ce séjour est considérable. Chaque enfant remplit un formulaire lorsqu’il reçoit sa lettre qui l’engage à répondre au courrier et à poursuivre leurs études. Ensuite, il y a la réception des réponses aux courriers qu’il faut trier et vérifier si les enfants ont bien écrit eux même leur courrier ou s’ils ont fait un dessin pour les plus petits et si ce n’est pas le cas ils recommencent leur courrier ou font un dessin. Il y a également le classement de toutes les photos en les nommant une à une. Ce soir chaque enfant nouvellement parrainé sera reçus pour leur expliquer le fonctionnement de l’association.

Dimanche 27 janvier 2019 – Je suis rentrée du Vietnam depuis maintenant 15 jours. J’avoue avoir eu beaucoup de mal avec le décalage horaire mais je ne m’attendais pas à avoir du mal à gérer le retour sur le fait de transposer la vie des familles de Tan Thoï et celle vivant en France. Exemple que je souhaite partager avec vous est la suivante. La plainte des miens sur le fait que le repas du soir n’était pas à leur goût alors que des enfants n’avaient qu’un repas par jour. Cela nous a permis d’échanger sur ce sujet et je pense qu’il y a eu une certaine prise de conscience. Aujourd’hui j’essaie d’appliquer certains préceptes que j’ai appris. Je garde vraiment en mémoire la pauvreté de la population mais pour autant l’association Pousse-Pousse et des P’tites Pousses sont présentent pour améliorer leur quotidien.

********************

Du (Thông Chú Sáu) – Retour au Vietnam – Février 2018

Témoignages de parrains (Du (Thông Chú Sáu))

Après de nombreuses années loin de mon pays natal, le Vietnam… Lors du nouvel an Vietnamien (le Tết du 16/02/2018), j’ai décidé de retourner voir «Le Delta du Mékong». Là où j’ai grandi, où j’ai partagé mon enfance avec la famille, les copains. Et surtout pour rencontrer les enfants de TÂN THỚI que je n’ai connu que via Facebook.
Dès mon arrivée, l’accueil des enfants, de la population est immense. Je n’ai pas pu cacher mes émotions, ma joie, mon bonheur. J’ai passé de bon et agréable moment ensemble avec les enfants : se balader, chanter, discuter, rigoler, échanger des connaissances…
Et comme les récits de Nicole & Jacky, de Isabelle & Yannick le disent : l’extrême pauvreté se trouve dans certains coins de cette région, mais la population est incroyablement accueillante,
gentille et souriante.
Puis le jour de dire «Au revoir» est venu. Les enfants ont beaucoup pleuré, c’est très très dur pour
moi de partir.
… Tous ces souvenirs gravés dans ma tête, c’est grâce à Isabelle CLEMENCEAU qui m’a aidé de
retrouver mon enfance. Merci Isabelle !
Chères Marraines, chers Parrains ! Ces pauvres petits enfants ont besoin de beaucoup d’aide. Nous devrions leur donner de l’espoir, de l’encouragement, de l’amour…
Un petit coin de votre tendresse, de votre finance sera une grande place dans le cœur des enfants.

********************

Isabelle et Yannick – Voyage au Vietnam – Juillet 2016

Témoignages de parrains (Isabelle et Yannick)

Nous revenons d’un séjour passé au Vietnam où nous avons séjourné mon mari Yannick et notre fille Elise en compagnie d’ Isabelle, Capucine et d’autres parrains. Un pays extraordinaire, en pleins développement (en ville) mélangeant richesse et pauvreté (dans les terres). Des paysages pouvant être paradisiaques mais d’une toute autre réalité. Nous avons passé un séjour rempli d’émotions, d’humilité, de rire, de joie  mais aussi de tristesse et parfois même de pitié.
Comme le dit si bien Isabelle, nous – parrains -, nous avons un rôle d’une extrême importance. Quel plaisir de voir un sourire sur le visage des enfants. Nous les avons vu un par un, attendant patiemment, chacun leur tour qu’on leur remette une lettre, un cadeau , une attention. Mais je n’ai pu retenir mes émotions lorsque nous n’avions rien à remettre, ni courrier, ni cadeaux à certains enfants parrainés. Certains d’entre eux venaient de très loin à pied ou en vélos . Nous ne pouvions les laisser repartir sans rien.
Nous devons continuer, chers parrains et marraines, à porter une grande attention à ces enfants. Ils ont besoin de nous et sont si fiers d’être parrainés. Vos dons, vos courriers, vos  cadeaux , ces petits “quelques choses” sont une  richesse pour eux. Soyez indulgent si votre filleul ne vous écrit que quelques phrases.  Beaucoup d’entre eux vivent dans des “baraques” de bois et de tôles, ayant qu’une seule pièce  de vie, le strict nécessaire. Et malgré cela, toujours une fierté d’accrocher au mur, un petit diplôme ‘”des félicitations” remis par leur école, vos photos , des petits morceaux de papiers sur lesquels votre nom y est écrit.

Continuons à aider l’association Pousse-Pousse en étant présents  aux différentes manifestations. Continuons à trouver des sponsors pour récolter de l’argent afin d’améliorer les conditions de vie des habitants de TAN THOI : l’eau douce dans les hameaux, construction de maison, l’achat de chèvre.

Je terminerai, simplement, par remercier Isabelle pour le travail remarquable qu’elle fait pour tous ces enfants et pour les habitants de l’île et également toutes les autres personnes impliquées dans le bon fonctionnement de l’association .

Merci à vous  parrains et marraines pour votre engagement auprès des enfants.

********************

Nicole et Jacky, Voyage au Vietnam, Août 2011

C’est avec un immense plaisir que nous avons découvert le Sud du Vietnam, en août 2011. Ici, rien ne laisse indifférent : la beauté des sites naturels où le Mékong dégage force et majesté, la richesse culturelle des temples, des églises, des musées, la surprenante Hô-Chi-Minh-Ville, l’histoire tragique de ce pays, et le formidable accueil d’un peuple très chaleureux.

Ce voyage a été l’occasion pour nous de découvrir sur place les rouages de notre association Pousse-Pousse. Sur l’île de TAN THOI, les chevilles ouvrières – Khoai et Batam – sont les relais incontournables entre nous – parrains, marraines – et nos filleuls.

Nos filleuls ! Que d’émotions partagées lors de la rencontre. Faire connaissance avec leur famille nous a comblés de bonheur et nous a ramenés à des réalités humaines pleines d’humilité et de simplicité.

Un grand coup de chapeau à Isabelle qui donne sans compter et se démène dans les méandres politiques de ce pays étatique parfois difficile à comprendre. Grâce à un réseau d’amis très dense au Vietnam, au prix de beaucoup d’efforts et de pugnacité, Isabelle ouvre des portes, obtient une autorisation par ci, un accord par là. Car les besoins sur l’île sont nombreux, et rien n’est superflu. Le bonheur de pouvoir aider un peuple aussi attachant devient presque un devoir. Le coup de chapeau s’adresse aussi à sa famille : à Frédéric, à Simon, à Capucine, qui participent pleinement à la vie de l’association en s’impliquant eux-mêmes et en soutenant l’engagement total d’Isabelle.

Un grand merci et une pensée spéciale à Julien qui a choisi de donner son temps à Pousse-Pousse, et s’est dévoué pleinement à la réfection de la bibliothèque du village en apportant sa bonne humeur et son enthousiasme au sein de l’équipe locale.

On ne revient pas indemnes du Vietnam. La leçon d’humilité reçue ne donne qu’une envie : y retourner.