Soutenir la scolarité des enfants de Tan Thoi, c’est leur ouvrir la porte à un avenir bien souvent inespéré !

Au Vietnam, l’éducation et la scolarité font partie des priorités nationales. Dans chaque famille, la scolarité a une place très importante, et particulièrement en campagne. Cependant, à Tan Thoi, les conditions de vie rendent difficile l’accès à l’école pour les enfants dès l’école primaire. En effet, même si le gouvernement participe aux frais d’inscription, les frais à la charge des famille restent élevés : uniformes, fournitures, assurance scolaire obligatoire, etc.

De plus, l’accès à l’école est un véritable défi pour les enfants de Tan Thoi : pour beaucoup, l’école est très éloignée et il n’existe pas de transport scolaire. Certains enfants doivent parcourir le trajet à pied, certains devant marcher jusqu’à 10 kilomètres, et ce avant 6h30 le matin, heure de début des classes.

L’accès difficile, le coût élevé des fournitures, assurance et uniformes, les conditions de vie souvent précaires… Force est de constater que bien souvent les enfants n’iront pas au collège, et encore moins au lycée, se trouvant dans l’obligation de trouver un travail pour aider leur famille.

Grâce au parrainage et aux différents dons et levées de fond,  Pousse-Pousse aide les jeunes de Tan Thoi…

De l’école primaire à la troisième : l’argent du parrainage permet  à l’enfant d’aller à l’école mais ne suffit pas à payer les frais annexes. Chaque été, grâce aux dons, l’association achète des uniformes et offre des vélos aux enfants qui vivent loin de l’école.

De la seconde à la terminale : à ce jour, il n’y a pas de lycée sur l’ile Loi Quan. Les adolescents doivent traverser le fleuve et louer une chambre à plusieurs. Ces nouvelles contraintes financières entraînent souvent l’abandon de la scolarité. Grâce à vos dons, Pousse-Pousse peut soutenir certains lycées en grande précarité.

Les études supérieures : La plupart des universités se trouvent à Ho Chi Minh, à 100 km de Tan Thoi. Une fois l’examen d’entrée en poche, les étudiants doivent payer leur logement, leurs repas, le transport et les frais d’inscription…Tous travaillent le soir pour financer une partie de leurs études. Cependant cela ne suffit pas et là encore l’association les soutient financièrement.

Un premier bilan

Depuis 10 ans, le nombre d’enfants parrainés, inscrits à l’université, a fortement progressé. Certains sont devenus ingénieurs, enseignants. Une jeune fille termine actuellement ses études à l’école vétérinaire.

Plus concrètement (juillet 2017) :

  • Seuls 2 enfants sur 246 ne vont pas retourner à l’école à la rentrée 2017-2018 : l’une car ses résultats pour entrer à l’université étaient trop faibles, l’autre parce qu’il ne souhaite pas poursuivre ses études après la troisième.
  • Nous avons mis en relation des étudiants avec des lycées afin qu’ils puissent partager leur expérience et « dédramatiser » le départ pour la « grande ville ». Peu à peu, cette initiative porte ses fruits et les lycéens commencent à se renseigner sur les filières universitaires.
  • Lors de notre séjour, nous avons mis en relation deux lycéennes qui viennent d’avoir leur bac et partent toutes deux poursuivre leurs études à Ho Chi Minh. Nous avons organisé une rencontre afin qu’elles se connaissent et leur avons également présenté Thoai dont l’université est située dans le même quartier que celle des deux filles. Depuis leur arrivée à Ho Chi Minh, il les aide à se repérer, à prendre le bus et à s’habituer à leur nouvel environnement.

Au-delà de l’aspect financier, le parrainage stimule les enfants parrainés dans l’apprentissage et tout au long de leur parcours pédagogique. L’intérêt et les encouragements des parrains et marraines sont des facteurs clés de motivation.

Au Lycée…

Après le collège, nombreux sont les jeunes qui arrêtent leur scolarité. En effet , pour aller au lycée , il faut prendre le bac et parcourir une dizaine de kilomètres à vélo. Les horaires du lycée obligent les jeunes à prendre un logement en ville, ce qui entraîne des frais que beaucoup de familles ne peuvent pas assumer.

Depuis deux ans, le collège de Tan Thoi reçoit  des secondes et des premières mais l’enseignement qui y est dispensé et le manque de moyens ne préparent pas correctement à passer le bac et l’examen pour entrer à l ‘université. Devant le nombre grandissant d ‘élèves incapables d’entrer au lycée  faute de moyens, l ‘association a décidé de se mobiliser. Nous avons calculé que chaque lycéen dépense 100 euros environ par mois . En attendant de trouver des sponsors l ‘association aide les lycéens en fonction de ses moyens.

A l’université

Pousse-Pousse accompagne les enfants dans leur scolarité depuis maintenant 12 ans. Certains ont continué leurs études et sont aujourd’hui à l ‘université, bien souvent à HO CHI MINH, à 100 kilomètres de chez eux. Aller à l ‘université coûte cher, et même si tous les étudiants travaillent le soir, cela ne suffit pas pour payer leurs frais de scolarité, le logement, la nourriture, les frais de transports… Pour un étudiant, les frais annuels représentent environ 1130 euros : une véritable fortune pour les familles de Tan Thoi.

Après tant d’années d’effort, il nous est inconcevable de les abandonner. Ainsi selon les moyens financiers de Pousse-Pousse, nous aidons ces jeunes avec le support de l’association Les Papiers de l’Espoir.

Thanh Kiet Tran est parrainée depuis 10 ans… Cette année, elle a terminé ses études à l‘école vétérinaire et obtenu son diplôme. Nous sommes très, très fiers d’elle!
Aides aux étudiants