Samedi dernier il faisait beau et chaud. Les associations du Plessis-Grammoire (là où vit Pousse-Pousse) s’étaient réunies en forum.

Rien de bien extraordinaire en temps normal. Le propre d’une association est d’aller au devant des habitants pour se faire connaître et proposer de tricoter ensemble du lien social, à travers une activité, un sport, une passion.

Mais ce mois de juin cela fait presque 18 mois que la planète entière est touchée par cette pandémie terrible qui a touché plus de 176 millions de personnes et causé plus de 3.8 millions de morts.

La Terre entière a continué de tourner. Le chagrin, la peur, le doute, l’angoisse ont dominé la vie des habitants Les plus faibles, les plus malades, les plus pauvres aussi ont été violemment percutés.

Il a fallu se confiner, se séparer, se terrer, se masquer pour essayer de se protéger. Les dommages collatéraux ont été et sont encore terribles pour beaucoup. 

Alors se plaindre des annulations de nos manifestations serait déplacé j’en suis bien consciente. Il a fallu faire sans l’assemblée générale qui rassemble les parrains/marraines venus de toute la France. Il a fallu renoncer aux pièces de théâtre, au bal folk, à la pétanque, au vide-grenier, au marché de Noel, aux randonnées solidaires…

Au-delà du manque à gagner important qui permet à Pousse-Pousse de tenir ses engagements auprès du gouvernement vietnamien et de tenir nos promesses aux enfants parrainés, il y eu ce vide, ce manque, ces mois sans contact direct avec les parrains marraines, avec les adhérents.

Alors en ce 12 juin, se retrouver à côté d’autres associations, monter les tables, installer le barnum, ouvrir les caisses d’artisanat et bien ça a été vraiment un grand bonheur ! Derrière les masques, chacun avec les yeux qui souriaient.

Les gestes suspendus depuis 18 mois sont revenus : ouvrir, déplier, attacher, exposer…

De 8h à 17h nous étions là. pour Thoai*, c’était sa première manifestation Pousse-Pousse. Je lui en parlais souvent quand il était encore au Vietnam et que nous arpentions Saigon de long en large afin de trouver des objets d’artisanat à rapporter mais il n avait jamais pu participer à ces évènements.

Nous étions comme des enfants. Chaque objet déballé était une découverte. Nous avions oublié la douceur de la soie, la beauté de la laque et l’éclat des bracelets en perle.

Les fameuses confitures de Marlène (1500 pots par an) ont tout de suite attiré les quelques passants et puis la conversation s’est engagée, fluide et joyeuse en même temps.

Raconter Pousse-Pousse, parler des enfants, montrer les films et photos de TAN THOI c’était aussi dire que nous étions encore là.

Des parrains/marraines nous ont fait l’immense plaisir de nous rejoindre et pour quelques heures , malgré les masques, nous avons oublié les 18 mois passés.

Entendre les parrains raconter le plaisir qu’ils ont à lire le courrier des enfants, les voir enfin faire connaissance avec Thoai , répondre aux questions d’une toute nouvelle marraine… Quel plaisir !!

Les robes d’hôtesse, les petites trousses, les sacs multicolores, les bijoux…ont conquis les visiteurs. Le temps est passé vite, très vite. Nous avons replié, enveloppé, rangé, tout en papotant encore et encore et nous nous sommes quittés avec des projets pour les enfants plein la tête.

 Le week-end Pousse-Pousse, le 4 et 5 septembre prochains, nous serons là, nous vous attendons !

 * Pour ceux et celles qui ne connaissent pas Thoai je vous invite à lire son histoire sur cette page.

0 Partages
Catégories : Evènements France

0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.