Si chaque départ de TAN THOI est une véritable déchirure, chaque retour là-bas me rapproche du bonheur absolu. Etrange de parler de bonheur alors que l’on rencontre la misère, la pauvreté, l’abandon et le désespoir.

Les enfants là-bas nous donnent une vraie leçon de vie. Quoiqu’il arrive, il ne faut pas baisser les bras mais croire encore et encore qu’il est possible d’améliorer leur avenir. Cela peut paraitre bien présomptueux, mais depuis 20 ans, grâce à la ténacité, la générosité et la volonté de centaines de parrains, marraines, le quotidien de nombreux enfants a changé. Chaque séjour est l’occasion pour nous de rencontrer les enfants, les parents, les Autorités vietnamiennes aussi et de travailler au plus près de leurs préoccupations.

Cette année encore le travail a été dense. Après trois heures de route, et 10 minutes de traversée, nous apercevons  l’île. Rien n’a bougé et pourtant tout est différent. La luminosité, le souffle du vent, le clapotis des vagues, le bruit du moteur… nous offre chaque fois une sensation nouvelle, comme si c’était la première fois.

Des enfants nous attendent, sur le bord de la route. Il y a là des émotions indicibles. Nos yeux se croisent et s’écarquillent, ils ont tellement changé. On s’appelle, on s’embrasse, on se prend dans les bras…»Tu es si beau; tu as grandi, tes cheveux sont plus longs »… Toutes ces petites phrases qui disent notre affection, notre intérêt pour eux. Eux, ces enfants qui grandissent dans la précarité, l’abandon, la peur et l’insécurité.

Les parents, les amis, les voisins, sont là pour nous accueillir et c’est un défilé de scooter qui nous accompagne jusque « chez nous »


En savoir plus sur Pousse-Pousse

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Catégories : Séjour au Vietnam

0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.