Cette année encore le séjour au Vietnam a été riche en émotions et les journées sont passées très vite. Les nombreuses coupures d’électricité m’ont empêché de tenir à jour le site internet alors c’est en différé que je vais partager avec vous ces 34 jours passés auprès des enfants.

Le séjour s’est déroulé en 5 étapes :

  • Une semaine à Ho ChiMinh afin de tout préparer, d’acheter les cadeaux aux enfants, les fournitures scolaires…
  • 3 semaines à Tan Thoï à la rencontre des enfants, des filleuls, et aussi des autorités
  • 3 jours à Hanoï avec comme objectif aller à la rencontre de la responsable du PACCOM et recevoir notre agrément ONG
  • Retour à Tan Thoï
  • 3 jours à Ho ChiMinh pour effectuer les achats d’artisanat et rencontrer les 9 enfants parrainés.

Suivant les moments, des Ptites Pousses et une marraine sont venues m’accompagner Chaque jour, chaque instant a été teinté d’émotions.

Etape 1 : arrivée à Ho ChiMinh

Etape incontournable ! Se replonger dans le bruit, les odeurs, les sons. Marcher toute la journée dans les rues, regarder, parler, s’étourdir du bruit des scooters… Saigon est un spectacle permanent. Si tout change vite, il y a quand même une certaine permanence dans la ruelle où nous habitons deux fois par an depuis 17 années. Cette familiarité des lieux, la proximité avec les habitants nous font nous dire à ma fille et moi « nous voilà arrivées chez nous ».
La première chose à faire est d’aller changer l’argent, le repartir dans des enveloppes, par catégorie (santé, cadeaux, fournitures scolaires…). Cela permet déjà de régler les livraisons de livres, les 5000 cahiers, les 300 peluches que nous avons commandés depuis plusieurs semaines.
Le premier soir, il faut vider les valises, trier les cadeaux des parrains et ce n’est pas une mince affaire. Dés le lendemain et les jours suivants il nous faut acheter les cadeaux pour les enfants, en respectant bien sûr le vœu de chacun des parrains. Cela pour plus de 350 enfants ce qui est un vrai travail de titan.

En ce qui concerne le kit scolaire une liste a été faite en amont, et selon la classe fréquentée par l’enfant, les fournitures diffèrent. Ainsi du CP au CM2 le stylo plume et la bouteille d’encre violette sont obligatoires. Le soir, comme des fourmis nous travaillons jusque tard pour que chaque enfant parrainé ait sa trousse personnalisée en fonction de sa classe. Et puis il faut penser aussi aux enfants parrainés qui n’ont rien, ceux que les parrains ont oublié et là aussi rechercher quel est le loisir préféré de chacun afin que le cadeau offert soit le plus approprié. Enfin, il nous faut aussi rédiger des lettres pour les enfants qui n’ont pas de courriers car il nous semble impensable que certains ne reçoivent pas de lettre. Cela prend du temps mais correspond à notre souhait d’individualiser le suivi des filleuls et de ne laisser personne sur la touche. Le séjour à Saïgon est intense mais nécessaire si nous voulons que tout soit prêt pour notre arrivée à Tan Thoï. Cette année encore les Ptites Pousses ont été d’une grande aide.

Etape 2 : Tan Thoï

Première rencontre

Le jour tant attendu arrive. Dés 5h le matin nous voilà prêts à partir. Auparavant il faut transporter les cartons, les valises, les sacs dans le bus que nous avons loué. Cette année il aura fallu louer 4 voitures. Le voyage est toujours joyeux malgré la fatigue. L’excitation, la hâte de retrouver les enfants nous empêchent de dormir. Après deux heures de route il nous faut prendre le bac pour arriver enfin dans « mon village ». Les enfants qui ont été prévenus de l’arrivée de leurs marraines sont là, étonnés et curieux, impatients et timides aussi…
Pour la première fois, chacun va rencontrer l’autre, celui dont il connait la vie à travers les courriers, et le visage par le biais des photos. Tout de suite on se reconnait, tout de suite on sait… dans sa lettre la filleule de Sarah a écrit » j’ai reconnu tes cheveux blonds bouclés et ton si beau sourire « ..Sarah , peut dire que son cœur battait très fort. Il y a de l’indicible, du beau, quelque chose qui prend sens et qui changera à jamais notre relation à nos filleuls.
C’est un peu la cohue, c’est un peu l’émotion qui déborde et dont on se sait pas quoi faire.. on rit, on s’embrasse, on dit des mots que les enfants ne savent pas mais qu’ils comprennent pourtant. 
La première journée va se passer à s’installer, à s’organiser au mieux car dés demain les enfants arriveront dés 7 heures pour recevoir les cadeaux et les lettres de leur parrain.

Les filleuls

L’objectif premier de mes deux séjours annuels à Tan Thoï est de rencontrer TOUS les filleuls sans exception. Prendre le temps de les voir, de leur demander des nouvelles, de prendre connaissances des changement survenus dans leur vie et de chercher une solution en cas de difficultés. C’est aussi le moment où il signent de nouveau le règlement de l’association.
C’est l’occasion pour eux de recevoir le courrier de leur parrain, les cadeaux et l’été ils reçoivent aussi le kit scolaire.
Le courrier vient leur donner des nouvelles de ces personnes si lointaines, qui prennent soin d’eux. C’est ce qu’ils regardent en premier, bien avant les cadeaux.
Je prends des photos de chacun des enfants, ce qui permet aux parrains de voir comme leur filleul a grandit, a changé ou non.
Si la situation semble difficile, alors on programme une visite au domicile de l’enfant pour constater les nouvelles conditions de vie. Les trois semaines sur place suffisent à peine pour rencontrer chacun des enfants. Les filleuls des parrains marraines qui ont fait le voyage restent jouer et prennent les repas avec nous. Le lien se renforce, les moments de complicité se créent d’où émergeront de merveilleux souvenirs.
Les journées sont chargées, les enfants arrivent tous ensemble et il faut les occuper. Les Ptites Pousses et la marraine présente ont su inventer des multiples jeux ce qui a permis aux filleuls de patienter.

Les nouvelles demandes

Chaque été, de nouveaux enfants viennent demander à être parrainés. Ils sont souvent accompagnés d’un adulte, père ,mère ,grand-parent ou même voisin. Parfois même ce sont des enfants parrainés qui accompagnent un ami en difficulté.
Il faut prendre le temps d’accueillir l’histoire de chacun, et déjà d’essayer d’appréhender les situations d’urgence. Chaque demande fera l’objet d’une visite, afin de nous rendre compte de la réalité de la situation. Il y a parfois des demandes qui ne sont absolument pas justifiées. Mais bien souvent les conditions de vie des enfants sont extrêmement précaires. Chaque jour, nous visitons environ 10 familles à scooter. A ce jour 25 nouveaux enfants ont été parrainés depuis juillet.

Vérification de l’avancée des projets

Pousse-Pousse permet la construction de deux maisons par an pour des familles en grande précarité. Nous achetons aussi des chèvres pour permettre à 5 foyers de subvenir à leurs besoins, acheminons l’eau propre dans des hameaux, et sécurisons les chemins près des écoles en mettant en place des réverbères.
Enfin une visite médicale a lieu au cours de laquelle sont invités les habitants de Tan Thoï.
Toutes ces actions pérennes, nécessitent un travail important en amont tout au long de l”année et il est important pour nous, pour les autorités aussi de venir constater les travaux et les achats effectués.
La remise des maisons et des chèvres donnent lieu à une cérémonie officielle, très protocolaire, lors de laquelle chacun doit prononcer un discours, et qui sera retransmise le soir à la télévision.

Enfin une matinée est consacrée à la remise du 3ème trimestre de parrainage, en la présence des autorités. C’est l’occasion pour les enfants de me remettre leurs courriers.
La présence de la présidente de Pousse Pousse deux fois par an est nécessaire pour renforcer le lien qui s’est tissé depuis déjà 17 années avec les habitants, les enfants et les autorités.

Les relations avec les autorités

Chaque séjour à Tan Thoï fait l’objet de plusieurs mois de préparation. Tout est programmé, au jour prés. C’est notamment en respectant ces exigences que Pousse-Pousse obtient la confiance des autorités locales et gouvernementales.  De nombreuses réunions ont lieu et ce sont lors des rencontres informelles que les grandes décisions se prennent. Thoai est toujours présent lors de ses rencontres et prend chaque année davantage le rôle de « conseiller diplomatique ».

Etape 3 : Hanoï – rencontre au PACCOM (People’s Aid Coordinating Committee)

Deux jours dans la capitale avec pour objectif de récupérer le document officiel de renouvellement de l‘agrément d’ONG de Pousse-Pousse. Une rencontre particulièrement intéressante qui a permis de mettre un visage sous un nom et d’échanger sur les avancées de l’association à Tan Thoï. Pousse-Pousse a été félicité pour la pérennité de son action et l’accompagnement individuel des enfants. Après un an de procédure nous sommes fiers d’avoir obtenu ce renouvellement. Nous en avons profité aussi pour présenter l’association des Ptites pousses. Une journée de visite des lieux incontournables et nous sommes rentrés à Tan Thoï.

Etape 4 : retour à Tan Thoï

La dernière semaine a passé très vite, il fallait tout « boucler ». S’assurer que les 329 enfants avaient écrit leur courrier, que je possédais bien des photos de chacun d’entre eux, que les vélos offerts par les parrains avaient bien été attribués. Il y a eu des soirées crêpes, des après-midi d’achats de vêtements au marché, des visites inopinées chez le nouveau dentiste. Le dernier jour, Thoaï convoque les nouveaux enfants parrainés et leur explique le fonctionnement du parrainage. C’est un moment fort pour ces enfants pour lesquels enfin le ciel s’éclaircit. Ils rédigent un courrier à leur parrain et reçoivent un kit scolaire en vue de la prochaine rentrée. Je les prends bien sur en photo et leur fait signer le règlement afin d’officialiser le lien aux parrains. Les derniers jours sont emprunts de mélancolie. On sait déjà le chagrin que nous aurons à nous dire au revoir. Giau, mon filleul, m’a demandée si je pouvais l’emporter dans ma valise.
Et puis on part avec le sentiment de n’avoir pas fait assez, avec cette idée que tout est a construire encore et encore…

Etape 5 : HoChiMinh

Les trois derniers jours à Saigon nous permettent d’acheter l’artisanat que nous revendons à l’occasion des marchés de Noël et des diverses manifestations. Il y a une lourdeur dans nos pas qui chaque jour nous ramènent davantage vers la France. Nous avons rendu visite aux 9 enfants parrainés de Saigon. Ces enfants sont maintenant des adolescents pour la plupart et sont accompagnés par les parrains depuis de nombreuses années. La rencontre dure une matinée au cours de laquelle parfois nous sortons. Là aussi je les rencontre un par un et leur remet les lettres et cadeaux des parrains. Ce sont des enfants « de la ville » : leurs loisirs, leurs mode de vie sont très différents des enfants de Tan Thoï.

Cette année encore les journées ont été encore bien chargées. Les P’tites Pousses, Sylvie la marraine qui m”accompagnait, ont donné de leur temps, de leur énergie et de leur passion tout au long de ce voyage. Merci pour leur aide.

Quant à moi, ce sont 370 lettres qui attendent d’être traduites et déjà il me faut rédiger le projet pour l’an prochain. Chaque visite aux enfants, chaque minute passée avec eux me conforte dans cette idée qu’il nous faut continuer encore et encore. Ces enfants pourraient être les nôtres. Depuis 17 ans nous sommes à leur côté avec les parrains et les marraines pour les encourager, les rassurer et les aider à avancer dans leur vie déjà si difficile. Leurs conditions de vie s’améliorent peu à peu. Nos projets sont simples mais pérennes et surtout le lien avec les habitants de Tan Thoï se tisse à chaque séjour un peu plus.
Travailler avec eux afin que leurs enfants aient un avenir meilleur n’est en aucun cas un devoir : c’est une PASSION.

Idées de cadeaux pour les enfants parrainés
« 1 de 4 »
Catégories : Séjour au Vietnam

0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.